background img

Quelle est la langue de l’Iran ?

Au début de l’été 2012, nous sommes tombés sur un article consacré au plus jeune baccalauréat de France, Victoria Castro.Il a été appris que cette adolescente, qui a obtenu un diplôme S avec mention Very Bien à l’âge de 13 ans, est aussi une passionnée de langues étrangères qui maîtrise déjà cinq langues. Nous avons aussi lu que Victoria voulait apprendre le persan, et comme nous venons d’éditer le persan dans la collection Sans Pain Pain, nous avons décidé de l’aider un peu en lui envoyant une copie de la méthode. Victoria, qui a terminé sa deuxième année de biologie à l’Université de Caen, prévoit poursuivre une carrière en journalisme, de préférence à la télévision et de préférence au service international pour exploiter ses talents de polyglotte. De manière très libre, elle revient à sa courte mais riche expérience de l’apprentissage des langues étrangères dans cet article.

Il y a un an, à ma grande surprise, j’ai reçu un message privé sur Twitter des Éditions Assimil. Ils m’ont proposé de m’offrir un Méthode perse.

A lire en complément : Quoi voir en Turquie ?

Le persan est la 6ème langue étrangère que j’apprends, après l’anglais, l’allemand, l’arabe, l’espagnol et l’hébreu. Quand je dis que je parle six langues, ils me regardent souvent avec de grands yeux me demandant, « mais comment apprenez-vous autant ? ». En fait, les deux premières langues sont de loin les plus difficiles à apprendre. Du troisième ou du quatrième, il devient beaucoup plus facile.

Plus nous connaissons de langues, plus nous trouvons de points communs entre elles. Le persan contient de nombreux mots empruntés à l’arabe, ce qui signifie qu’un locuteur arabe n’est pas totalement perdu face à un texte persan. Comme les langues romanes et germaniques, le persan est une langue indo-européenne. Il y a donc des mots en commun : dokhtar ( fille, fille en anglais), javân (jeune, joven en espagnol), kelid (clé), mauvais (mauvais, comme en anglais !) Le verbe est à la fin, comme en allemand, et il y a une particule () à introduire la COD, comme en hébreu. Je ne parle pas (encore) serbe ou croate, mais je sais qu’en serbo-croate je ne le suis pas et vous ne vous dites pas nisam et nisi , contre nistam et nisti en persan, respectivement. Cerise sur le gâteau, pour dire merci en persan, juste dire mersi  !

A voir aussi : Découvrez l'oasis Adrère Amellal

Ces similitudes facilitent l’étude de nouvelles langues. On peut même se rendre compte que l’on comprend des langues que vous n’auriez jamais soupçonnées. Un jour, je cherchais des sites du Timor oriental, un petit pays insulaire enclavé d’Indonésie. Dans cette ancienne colonie portugaise, le portugais est parlé ainsi qu’une langue austronésienne, le tetum. Ne parlant ni indonésien ni malgache, je n’avais évidemment aucune chance de comprendre le tetoum. J’ai donc compté sur des sites en portugais, une langue assez proche de l’espagnol pour que je le comprenne. J’ouvre un site ; si je comprends bien, il doit être en portugais. Je suis soulagé de ne pas être tombé le tétoum. Comme je lis, un détail m’intrigue : dans mes souvenirs, la lettre k était moins commune qu’en portugais… Puis je rencontre un mot avec une apostrophe « au milieu, entre deux voyelles.

Ce n’était pas portugais.

C’ était du tetoum. Et j’ai compris le tetoum ! ! !

Le tetum contient tant de mots empruntés au portugais que l’on peut comprendre les articles écrits dans cette langue. En conséquence, la conversation actuelle est essentiellement composée de mots austronésiens, ce qui le rend incompréhensible pour le français.Si vous voulez tester le tetoum, voici un lien : Timór Lorosa’e. Au début, vous aurez l’impression de ne rien comprendre, mais lisez plus en détail (surtout la barre latérale à droite)…

Pour apprendre des langues étrangères, en particulier l’arabe et le persan, j’écoute habituellement des chansons et regarde des nouvelles dans ces langues (en tant que futur journaliste, je suis passionné par les nouvelles).

Pour le persan, en plus de la méthode Assimil, j’écoute régulièrement RadioJavan, un webradio de musique iranienne. Parmi mes artistes préférés figurent le collectif rap Jadugaran et la pop-star Sepideh, sans parler du rappeur Erfan. Il y a deux ans et demi, j’ai trébuché sur sa chanson Ghabe Shishei (le mur de verre). Je n’avais jamais entendu de persan avant. En écoutant cette chanson — en fait absolument belle — j’ai réalisé que le persan était une langue splendide, et c’est l’une des raisons pour lesquelles je l’ai appris.

En ce qui concerne l’arabe, ma playlist est remplie de chansons syriennes révolutionnaires. Certains, comme celui-ci (à partir de 0:26), sont si dynamiques qu’ils vous donnent envie de danser. Oui, oui, croyez-moi, ouvrez le lien et vous verrez. J’aime aussi un chanteur tunisien, Emel Mathlouthi, dont les chansons appellent aussi à la révolution…

Regarder les chaînes d’information étrangères m’a énormément aidé à apprendre l’arabe. Pour le persan, la liberté de la presse est catastrophique en Iran, j’écoute les podcasts audio de la BBC Perse.

Tout le début de mon apprentissage de l’arabe est très similaire à la « méthode progressive » d’Assimil. Je me suis intéressé à la langue arabe, ainsi qu’au Moyen-Orient dans son ensemble, à partir des révolutions tunisiennes et égyptiennes de début 2011. Je n’utilisais des livres qu’un an plus tard, au début de 2012. Entre les premières manifestations de la place Tahrir au Caire le 25 janvier 2011, et la chute de Moubarak le 11 février, j’ai appris tout l’alphabet arabe en déchiffrant les bannières des manifestants. Du fil à l’aiguille, j’ai appris mes premiers mots arabes : tahrîr (libération), sha’b (peuple), thawra (révolution) et hurriyya (liberté). Par curiosité, j’ai également visité le site web de la chaîne arabophone d’Al Jazira. (J’ai également commencé à regarder la version anglophone de ce téléviseur, ce qui m’a fait beaucoup aidé pour la compréhension orale de l’anglais). J’ai pris des mots aléatoires sur le site et les ai passés à un traducteur en ligne pour les comprendre. J’ai rapidement trouvé le bouton « buthth al-hayy » (flux en direct) et regardé le canal, sans beaucoup de compréhension. Je traduisais quelques mots qui sont sortis, comme ‘âjil (urgence/news de rupture). Sans réglage ni motivation particulière, je me suis fatigué après un certain temps.

C’ est un an plus tard que j’ai recommencé à travailler sérieusement en arabe. J’ai régulièrement regardé Al Arabiya sur mon ordinateur et écouté le flux audio d’Al Jazeera dans le bus, via mon smartphone. Niveau de compréhension orale, l’amélioration a été dramatique. Regarder ces chaînes avec un dictionnaire, et traduire des mots qui se distinguent dans les voix des journalistes ou dans le texte défilant, est très efficace. Les écouter avec une oreille distrait, sans prêter attention à eux, permet également de progresser, même si on ne le réalise pas. Après un certain temps, un phénomène plutôt incroyable entre en place. Je l’ai vécu deux fois, en arabe puis en persan.

Un jour, sur Al Jazeera, ils parlaient torture dans les prisons syriennes. Il suffisait de regarder la photo pour le savoir. Je ne connaissais pas le mot « torture » en arabe. Sur l’écran, parmi une foule de mots que je ne connaissais pas, le mot ta’dhibétait détaché. Je me suis dit, sans raison apparente, « Je pense que c’est ce mot qui veut dire torture ». Quelques secondes plus tard, je l’ai entendu dans la bouche de l’un des invités (sans comprendre le reste de ce qu’il a dit), et là je me suis dit : « bien sûr oui, ta’dhîb signifie torture ». J’ai vérifié dans le dictionnaire, très sûr de moi-même, et j’ai vu que c’était bon.

Un peu plus tard, en écoutant des chansons iraniennes, j’entendis le mot royâ. C’est un mot qui revient souvent dans les chansons. Je l’ai toujours entendu sans savoir ce que ça signifiait. C’est donc un jour, en écoutant une de mes chansons iraniennes préférées, que j’ai eu une révélation : « royâsignifie rêve, c’est évident ! » Le dictionnaire a été confirmé. En entendant ces mots, ta’dhib et royâ , le cerveau finit par comprendre sa signification, s’aidant du contexte.

Bien sûr, puisque vous n’êtes pas tous des junkies nouvelles comme moi, vous n’allez probablement pas regarder les nouvelles. Mais écouter la radio étrangère ou regarder la télévision reste particulièrement utile.

Apprendre de nombreuses langues en même temps présente encore quelques inconvénients. Je n’ai presque jamais mélangé le vocabulaire des langues que je parle. D’un autre côté, je mélange souvent la grammaire. Par exemple, j’oublie parfois d’ajouter le verbe « être » en espagnol ou en persan, parce qu’il n’est pas mis en arabe. Quand je parle français, qui est ma langue maternelle, je pense parfois en anglais et je traduis mot à mot en français, avec des conséquences potentiellement désastreuses.

Parfois, je ne peux pas penser dans la langue que je veux. Voulant penser en espagnol, par exemple, je peux passer par l’arabe, le persan, l’allemand, sans jamais venir à penser un mot dans la langue de Cervantes…

Radio Javan : http://www.radiojavan.com/BBC podcast Radio Select (persan) : http://www.bbc.co.uk/podcasts/series/jjnAl Arabiya : http://www.alarabiya.net/Al Jazeera : http://www.aljazeera.net/portal

Catégories de l'article :
Moyen Orient
Show Buttons
Hide Buttons