background img

Qui a fait la statue du Corcovado ?

La statue du Christ surplombant la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Pourtant, il est relativement récent (il n’a été érigé qu’au sommet du Corcovado morne en 1931). L’examen de sa genèse et de sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

A découvrir également : Que visiter à Los Angeles ?

Cristo Redentor Rio De Janeiro, Best Places to Visit in Brazil

A voir aussi : Quels sont les documents à fournir pour obtenir un visa USA ?

Une icône Le Christ du Corcovado est l’un des dix monuments les plus visités au monde : en 2016, le site a été visité par 3.305.010 personnes contre 2.945 355 en 2015, soit une augmentation de 12% en un an. Le nombre de visites quotidiennes a battu un record historique lors de la Journée mondiale de la jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, tandis que la moyenne journalière est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, même assez fugitifs pour signifier que l’action a lieu au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit pour indiquer qu’elle est située à Paris. Il a non seulement fait l’objet d’une myriade de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi des films et des chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ à bras ouverts, probablement pour profiter de l’aura de Rio de Janeiro en empruntant son icône.

L’ identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist trois fois (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son étal et la trahison présumée du pays.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado devant le Christ Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicales attirent l’attention de tous les voyageurs, le Pain de Sucre, qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus loin mais beaucoup plus élevé puisqu’il atteint un sommet à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois — officiellement du moins — le 22 février 1824, lorsque l’empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y mena une expédition.

Figure 4 Le Corcovado devant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 janvier 1872 accorde une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux sur la première partie de la ligne ont commencé le 2 janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Il a été inauguré le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se poursuivaient et le sommet fut atteint le 1er juillet 1885. Le a un total de 3.824m de long, c’est l’un des plus raides au monde et le premier à avoir été électrifié en Amérique du Sud. Un belvédère a été construit au sommet, un pavillon de 13,50 m de diamètre et 46 tonnes de fer, de verre et d’ardoise, tous transportés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a été construite que dans les années 1930. Cependant, les techniques modernes ne sont pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station d’émetteur pour réaliser la première démonstration expérimentale de radiotéléphonie au Brésil, lors de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance en 1922. Cela crée une relation avec la Tour Eiffel, également équipée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvé de la destruction à laquelle il a été promis à la fin de la concession accordée pour l’Exposition universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer Corcovado en 1884

La Genèse de Christ L’ idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait, il regarda le corcovado morne, pensant — il a dit plus tard — « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabelle, fille de l’empereur, mais elle devint courte avec l’avènement de la République (15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. Un autre facteur de complication a été la séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil en 1891.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) fut l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et la permission de construire le monument sur le Corcovado fut accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de collecte de fonds a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone avait installé, cette fois et malgré les protestations, une antenne de diffusion au sommet du morne. De sa résidence dans le quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa a noté la forme de l’antenne, sous la forme d’une croix avec des bras horizontaux de 16 mètres, et dans cet esprit a repris son projet, qui a été choisi. Il en parle ensuite avec le sculpteur Paul Landowski à Paris en 1924 : le sculpteur français sera responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plasticien brésilien Carlos Oswald pour la préparation et la conception finale du monument. Cette même année a commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux sur le sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et le transport de matériel jusqu’au sommet par chemin de fer.

La population de la ville a volontairement collaboré aux œuvres en enveloppant des centaines de milliers de pierres dans des doublures de toile mince triangulaire en pierre de savon pour couvrir la statue. En passant, ils (ce travail avait été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les ouvriers appliquèrent de la mosaïque à la statue.

Pas à pas, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a été rédigée pour la première fois en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que les travaux ne soient effectués en taille réelle, plusieurs modèles de plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux : la tête était composée de 50 pièces et chaque main mesurait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du

Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et

http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Les échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’accéder aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties du Christ furent progressivement intégrées dans le cadre métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ en échafaudage

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place était la tête, de sorte que le Christ s’est construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont ensuite été recouvertes d’une mosaïque en pierre de savon, un matériau qui, bien que facilement rayé, résiste bien aux fluctuations de température.

Figure 8 Le revêtement de la stéatite

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

Inauguration En 1931, à l’occasion de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument fut inauguré solennellement, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), nommé gouverneur du District fédéral, alors nommé Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro sonnaient pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie, un escadron d’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’ inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, a dû allumer, par signal radio de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs destinés à éclairer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées de Rio de Janeiro et les gens ne pouvaient pas voir cet éclairage, parce qu’un nuage épais a enveloppé le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur Hauteur totale du monument — 38 mètres

Hauteur de la statue — 30 mètres

Hauteur de la tête — 3,75 mètres

Longueur de la main — 3,20 mètres

Distance entre le bout des doigts — 28 mètres

Poids de la statue — 1 145 tonnes

Poids de la tête — 30 tonnes

Poids de chaque main — 8 tonnes

Poids de chaque bras — 57 tonnes.

Les travaux d’amélioration — En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murs de protection (existant à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

— En 1965, lors des célébrations du 4ème centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le Pape Paul VI, du Vatican.

— En 1973, l’ensemble du Parc National de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains du Brésil, y compris le Corcovado) a été classé par l’Institut National du Patrimoine (IPHAN).

— En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

— En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean-Paul II, qui a dit une messe au pied de lui.

— Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture d’un accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escaliers mécaniques en 2003, pour les personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

— En 2010, la mosaïque en pierre de savon recouvrant la statue a été restaurée, la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était progressivement formée. Les paratonnières sur la tête et les bras de la statue ont également été réparées, souvent frappées par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Frappes de foudre A

Christ

10 Breathtaking Images of Jesus Christ the Redeemer in Rio de Janeiro

— Mars 1, 2011, anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, composé de 300 projecteurs LED de la dernière génération, donnant la possibilité de créer différents effets de couleur. Le Christ a été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris en novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale, qui a définitivement établi son statut d’icône : en 2005, la statue a été classée par l’Institut du Patrimoine Historique et Artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’un des sept merveilles du monde lors d’élections populaires qui ont recueilli plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et de Pétra, en Jordanie, devant des monuments de renommée mondiale tels que Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor : 80 ans de l’année, 10/11/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construcção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7 millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington (6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions) millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, Egypte (3 millions), et derrière elle 11) le Taj Mahal d’Agra, Inde (2,5 millions)

http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99 http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

Que les premiers occupants de la baie, français dirigé par Nicolas Durand de Villegaignon, avaient baptisé « Le Pot de Beurre », probablement par nostalgie pour la Normandie, dont beaucoup venaient.

Roche molle principalement composée de talc, mieux connu au Brésil sous le nom de « pierre de savon » et largement utilisé par l’artisanat car il est facile à graver et sculpter

Organisé par la New 7WondersFoundation

Catégories de l'article :
Amérique
Show Buttons
Hide Buttons