background img

Quelle est la religion des Seychelles ?

Avec des plages dignes des plus beaux films d’aventure, une végétation préhistorique et une faune endémique unique, les Seychelles ouvrent les portes d’un autre monde. Cet archipel mal placé au milieu de l’océan Indien, préservé de la présence humaine depuis des millénaires, n’est pas comme tout ce que vous saviez. Un merveilleux voyage dans un archipel qui ressemble à un paradis perdu, ce qui vous fait croire que dix heures de Paris, les hommes peuvent trouver le Jardin d’Eden.

A découvrir également : Faites un trek dans les îles de l'océan Indien

Avec des tortues de Curieux… caressant des dinosaures sur fond de carte postale

A voir aussi : Où faire de la plongée sous-marine dans l'océan Indien ?

Seychelles, à la folie !

Marché créole de Mahé

Les îles ont un pouvoir magique. Nous avons tous dans notre cœur une île perdue dans l’immense océan, où le bruissement du millénaire secrets étouffe la clameur du monde, et où nos vies recommenceront. Les lumières de la mer, les animaux étranges, les paysages édéniques qui nous évoquent la jeunesse de la Terre, et soudain l’émotion nous submerge, comme si nous avions gardé en nous-mêmes la nostalgie du monde disparu et pendant des temps que nous n’avons jamais vécu.

Gilet Saint Pierre

J’ai toujours été un inconditionnel des îles tropicales sauvages, et pendant longtemps j’ai rêvé des Seychelles. Mais cet archipel de granit, oublié par la marche des continents au cœur de l’océan Indien, est resté imprégné d’un halo d’impossible à mes yeux. J’ai imaginé les Seychelles plus loin, plus inaccessibles, plus chers qu’ils ne le sont vraiment, comme s’ils n’appartenaient pas vraiment à cette planète.

Sur la baie de Lazare à Mahé.

Les Seychelles, paysages du monde perdu

En gros, je n’avais pas complètement tort. Les Seychelles sont les survivants d’un monde très ancien, témoins des premiers âges de la Terre. Ce n’est pas seulement ailleurs, c’est aussi avant-hier. A l’époque jurassique, il y a cent soixante millions d’années, le super-continent Gondwana a commencé à se séparer et à dessiner le monde que nous connaissons : Amérique du Sud, Afrique, Inde. Mais au moment des adieux géologiques, certaines îles rebelles restent intactes au milieu de l’océan Indien. Petites miettes d’un monde enterré, inconnues des hommes jusqu’au XVIe siècle, les Seychelles sont les sentinelles de la nuit du temps. Contrairement à de nombreuses îles de la mer du Sud, elles ne sont ni volcaniques ni volcaniques. Corail : ce sont des fossiles vraiment détachés du premier monde, comme une bouteille à la mer jetée lors du naufrage de la Pangée. Ce que j’ai vu aux Seychelles, je ne l’ai vu nulle part ailleurs.

Le sentiment d’approcher des côtes inexplorées…

Au coeur de la vallée du Mai, au milieu de la mer gigantesque cocos

Perdu entre l’océan et le granit

Je dois souligner ici que je parle des îles intérieures — les îles principales. Les Seychelles répandent leur beauté sur plusieurs milliers de kilomètres. Les îles extérieures, difficiles à atteindre, sont corail et portent des noms d’élixirs : Amirantes, Aldabra, Cosmoledo. Les îles intérieures — Mahé, Praslin, La Digue, Silhouette — sont granitiques. C’est le secret de leur étrange beauté, de la solennité qui les réduit de moitié. Partout rincer les bords de granit, comme si la voûte du monde nous était soudainement révélée. Ce granit se recueille dans les sommets au-dessus des forêts, couronne les sommets des mornes rocheuses sombres et forme des monolithes spectaculaires sur les plages. Le granit est le secret des vues fabuleuses et si typiques des Seychelles : sur les poignées de sable blanc, colonies de dinosaures dosés, affligés de rides antidiluviennes, tenir une conciliabule entre les vagues et un abri sous les palmiers. C’est comme si la Terre des Origines, retirée dans son château touffu au milieu des vagues, révélait au voyageur ébloui le secret majestueux de sa naissance.

Anse Takamaka, tanière de rêves

Arrivée sur La Digue.

Calanque sauvage sur l’île du Middle, au large de Mahé

A marée basse, des îlots rocheux émergent des eaux et révèlent pendant quelques heures les fonds humides…

Une faune et une flore inhabituelles

Tout le monde sait, les îles génèrent des monstres. Dans ces microcosmes coupés de grandes masses de terre, l’évolution est libre de s’engager dans des expériences. Ainsi apparaissent des créatures gigantesques ou minuscules, des oiseaux sans ailes, ou des mammifères qui pondent des œufs. Les Seychelles sont remarquables par l’originalité de leur faune et de leur flore endémiques.

C’est en arrivant à Praslin, la deuxième île la plus grande, que ce fut des grèves avec la plus grande évidence : je suis dans un paysage totalement étranger à moi. Mahé parlait encore d’Hawaï ou de La Réunion — Praslin est n’est pas comme tout ce que je sais. Six espèces de palmiers poussent ici, et des dizaines d’autres plantes et fleurs que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre. Au milieu des colonnes de granit collé, une forêt de palmiers aux silhouettes fantasmagoriques envahit les collines comme l’œil peut le voir. Ce sont les cocos marins qui me fascinent le plus — l’espèce totem des Seychelles, qui ne pousse que dans la vallée du Mai (Praslin), et sur le île de Curieuse. Ces arbres absolument gigantesques ont de larges frondes comme les ailes d’un avion, et créent une ombre dense et troublante sur les sentiers vallonnés du parc. Ils sont épais, rigides, et je comprends pourquoi les Seychelloises les utilisaient si longtemps pour couvrir les toits de leurs maisons. Quand le vent souffle et que ces lames s’affrontent monstrueusement dans toutes les collines autour, une forte poussée de marée nous frappe, et l’atmosphère est vraiment étrange, prenant, comme si nous étions otages d’une tempête. Le temps s’est enroulé dans ces grottes verdoyantes. Les cocos marins ont toujours été arrêtés avec mystère et magie. Au Moyen Age, alors que les Seychelles dormaient encore dans un sommeil millénaire au milieu de l’océan inexploré, les énormes fruits des cocos marins atteignent les rives de l’Inde et de l’Afrique, et les gens croyaient qu’ils montaient des profondeurs les plus profondes, trahissant des forêts submergées dont personne n’avait jamais vu le sommet.

Cocos de mer, dans la vallée du mois de mai

Les fameux fesses de noix de coco

Fruit est les fameuses fesses de noix de coco, ou noix de coco indécente, la plus grande graine du monde, pesant jusqu’à quarante kilos. Il est éminemment suggestif : le fruit mâle est orné d’un long pistil phallique, et le fruit femelle ressemble à une femelle postérieure rebondie. Les Seychelles aiment tellement les fesses de noix de coco qu’il a prêté ses formes au timbre douanier, et que mon passeport est maintenant orné d’une popotine dodue.

En compagnie du fruit suggestif.

Sur mon passeport, un nouvel invité.

Les animaux sont tout aussi fabuleux — des créatures bestiaires médiévales. Mon cœur appartient aux Tortues des Seychelles, ces reptiles prodigieux dont l’espérance de vie est deux fois plus élevée que la nôtre, et qui se disputent avec leur Galápagos sœurs le titre de la plus grande tortue du monde. Il est difficile d’imaginer à quel point les tortues seychelloises sont attachantes. Vivant librement dans des endroits préservés, comme l’île Curieuse, ils manifestent un intérêt incroyable pour les humains. Ils viennent à nous, cherchent des caresses (ils aiment être massés dans le cou, et l’étendent pour nous le signifier), acceptent volontiers les feuilles de laitue (le spectacle de leur mastication est délicieusement paléolithique), et se jettent sur les orteils vernis en rouge, appréciant la couleur ou confondre les ongles avec les baies — le spectacle de bec de dinosaure fondre sur un pied est un peu effrayant, bien que leur contact soit finalement très doux et prudent. Lors de ma deuxième rencontre avec les tortues, j’ai découvert qu’elles aiment les bananes, et maintenant garder des régiments de petites bananes des Seychelles dans mon sac. Mes rochers côtiers : ils me suivent partout, sur des falaises de granit avec des panoramas vertigineux, dans des criques édéniques, au cœur des mangroves où les arbres semblent courir. J’ai l’impression d’avoir été amené dans une ferme éducative où nous pourrions embrasser les dinosaures.

Heureux parmi les tortues géantes

La cohabitation n’a pas toujours été aussi paisible. L’histoire des tortues seychelloises est tristement banale : lourdes et sans méfiance, elles font l’objet d’une féroce prédation de la part des marins et des colonisateurs qui déciment à pleine vitesse les espèces uniques et prodigieuses. En quelques années, leur extermination est terminée — partout sauf sur cet atoll 1600km plus au sud, oublié loin des routes maritimes, Aldabra. Je rêve de retourner un jour aux Seychelles et de découvrir Aldabra, où vivent une centaine de tortues géantes, ainsi que le dernier oiseau intrépide de l’océan Indien (cousin du dodo tardif). C’est grâce aux survivants d’Aldabra que les Seychelles ont pu ramener de merveilleuses tortues dans leurs îles de granit, pour ma plus grande joie.

Soudain, sur un plage à La Digue, une tortue apparaît et me révèle son goût de bananes…

Mais des dizaines d’autres animaux méritent mon attention. « Skinks », petits lézards d’un vert presque phosphorescent, courent le long des murs, de petits moineaux d’un rouge vif baignent dans les flaques d’eau douce. Dans les mangroves de Curieux Island, je découvre un énorme tapis d’énormes escargots, que je pense d’abord échoué et mort. Mais les obus sont vivants ; dans le creux de leur coquille, ils attendent patiemment le retour de la marée. À la tombée de la nuit, les plages sont couvertes de grands crabes qui distalentueux se cachent dans des trous à l’approche des humains. Sur de nombreuses plages du sud de Mahé, les panneaux indiquent la présence d’un site de frai de tortues marines, et comprennent le respect de leurs œufs — malheureusement, ce n’est pas la saison des petits miracles. J’aurais rêvé de voir côte à côte, sur le sable blanc, des tortues de terre et de mer dans la sympathie ancestrale. J’ai enfin lu dans le guide que je dois ouvrir mon yeux large pour voir le bulbul, merle endémique des Seychelles, longtemps menacé. Après trois jours, je comprends que l’oiseau braillard portant comme un footballeur qui vient à mon assiette des morceaux de pain est un bulbul. Seychelles, ou petit déjeuner avec légendes.

Bulbul portant comme un joueur de l’équipe française, scinque sur un cocotier, escargots de mangrove, oiseaux rouges se baignant dans une flaque d’eau

Sur le rivage : raie en fleur de sable, crabes omniprésents

Les plus belles plages du monde ?

Je mesure ma chance : j’ai eu l’immense privilège dans ma vie de satisfaire ma dépendance aux plages sculpturales en Australie, en Guadeloupe, sur la Côte d’Azur, au Portugal, en Polynésie française, à Hawaï, à Bali, au Mexique, au Costa Rica ou en Nouvelle-Zélande. Mais une telle concentration de cinématographique, paradisiaque plages, une telle pureté des couleurs, ces paysages pittoresques, des images comme parfait partout où vous regardez ? Je pense que les Seychelles sont sans rivaux. Que pour des beautés féroces du bord de mer, ils représentent un vrai Graal.

Catapuler dans le rêve

Il y a ces rochers fabuleux, d’un autre âge, qui donnent à chaque côté du littoral une majesté jurassique, qui donnent de la profondeur aux cartes postales, et transforment l’idylle en film d’aventure. Cela va au-delà de la beauté que nous attendons des Tropiques, sable clair, eau claire, palmiers complices : tout prend une dimension épique, et l’imagination remplit ces plages de pirates, bateaux maudits, désespérés romantiques. Certaines plages sont des criques dans l’air de la fin du monde, des enclaves dorées au milieu des forêts, où l’on aurait presque peur de surprendre un secret indescriptible. Takamaka Cove à Mahé, ou Georgette Cove à Praslin, ont cet aspect sauvage de caché , avec leur forme demi-lune poils de rochers, leur carte au trésor dessine. Partout où l’eau est disponible en pierres précieuses, nous hésitons à recourir au kitsch, mais comment pouvons-nous le dire autrement ? il combine la transparence du diamant à l’onctuosité de la turquoise.

Vague ouverte ailleurs à Anse Georgette

Poignée Takamaka, traces de géants

Gamme moyenne

D’autres sont des baies immenses, grandes ouvertes, disproportionnées dont l’éclat éblouit comme vous le voyez. La baie de Lazare et la plage de Beauvallon à Mahé, Calanque Lazio à Praslin sont de grandes plages douces, où certains palmiers poussent horizontalement pour mieux atteindre la nacre des fonds. A Praslin, la plage de la Côte d’Or est immense et plate à la vue, sans profondeur, tant que nous pouvons imaginer marcher sur les eaux jusqu’aux îlots rocheux que la marée basse dénude. Le sable est presque blanc glaciaire, et au zénith, la lumière est littéralement aveuglante — c’est le genre de plage où la réverbération provoque la cécité des neiges. J’ai l’impression d’être transporté vers un autre avatar du paradis, comme si j’étais en train de sauter d’une sphère à l’autre, vers des nirvanas toujours intelligents.

Lazio Anse au coucher du soleil

Golden Coast Beach, Praslin

Je suis déjà épuisé pour grimper les superlatifs de l’Himalaya, mais je dois évoquer la plus belle de tous, la reine des plages des Seychelles : Anse Source d’Argent, sur l’île de La Digue. Elle est celle que vous avez vue sur les cartes postales, les écrans noirs et dans le creux de vos paupières rêveuses, la plage qui les surpasse tous. Je suis venu aux Seychelles pour cette plage, aimantée par des images dignes d’être le sommet du la fascination du bord de mer, et mes espoirs colossaux ne sont même pas déçus. La plus belle plage du monde ? Le spectacle de ces rochers millénaires, érigés comme des cathédrales gothiques sur une baie aux couleurs irisées, est indescriptible. Je ne pense plus en mots, je prends des photos, des vidéos, j’ai succombé au règne sans partager l’image.

Magnifique Anse Source d’Argent

Terre des pirates

Dans les galles, comme à l’avant d’un vieux navire

Une culture créole harmonieuse

L’histoire des Seychelles est unique : rares sont les pays où des progrès ont été accomplis si pacifiquement. Ici, aucun des premiers habitants exterminés (comme les Indiens des Caraïbes) ou réduits à insignifiance (comme les Hawaiiens) : les Seychelles étaient vraiment terra nullius quand ils ont été découverts. Il est possible que les Polynésiens, les Arabes, les Portugais les aient touchés un jour, mais ils sont partis. Les Seychelles sont vides, vierges de tout homme, quand les Anglais les découvrirent en 1609. Ils deviendront un refuge pour les pirates chassés des Caraïbes, qui scuperont maintenant l’océan Indien. Les Français ne s’y installèrent qu’au XVIIIe siècle, avec leurs esclaves d’Afrique. L’histoire abolira les frontières entre les propriétaires des plantations et leurs serviteurs. Parmi les habitants de l’île, il y a beaucoup de descendants de très vieilles familles d’origine française, qui se sont mélangés : l’histoire a libéré l’un du joug des autres, et progressivement leurs sangs et leurs destins antithétiques mélangés. Ces descendants sont Métis heureux de leur double héritage.

Cimetière français de La Digue. Les premiers colons se reposent aux côtés de leurs esclaves depuis deux siècles. Aujourd’hui, le Les Seychelloises sont libres, et le sang mélangé.

Au début du 19, les Seychelles devinrent britanniques. Ce sont eux qui aboliront l’esclavage et chassent les esclaves dans tout l’océan Indien, ramenant aux Seychelles les hommes auxquels la liberté est enseignée. Peu à peu, ces hommes s’émancipent et signifient poliment à l’Angleterre qu’il est temps de les laisser voler de leurs propres ailes. C’est le miracle des Seychelles : une société d’hommes qui ont retrouvé leur dignité et refusé la violence sur leur chemin vers le progrès.

Clock Square à Victoria, un souvenir de l’époque britannique

Au Victoria Creole Market

Les Seychelles sont indépendantes depuis quarante ans. Ils entretiennent des liens étroits avec la France et l’Angleterre, et trois langues y sont parlées : l’anglais, le français, le créole d’origine française. Le créole est un français où G, C, K n’existe plus, remplacé par J et S, où « oui » devient « wi », et où la conjugaison est simplifiée : le verbe aller n’a qu’une seule forme, I alé, you alé, he alé, we alé, etc Ici nous roulons à gauche et les écoliers sont en uniforme, comme au Royaume-Uni, mais toutes les villes et plages ont des noms français.

Les rues festives pour les quarante ans d’indépendance

Créole, Anglais, Français.

Victoria est une petite capitale de 25 000 habitants, dans l’air d’un grand village industrieux et frais en même temps, avec un petit côté australien : nous travaillons, puis nous allons à la plage, dans les parcs, dans le port. Nous achetons de la nourriture à partir de camions alimentaires qui font une fusion de plats indiens, occidentaux et créoles. Au cœur de la ville, une île artificielle est couverte d’éoliennes, afin de réduire la dépendance à l’égard des hydrocarbures. La cathédrale, la mosquée et le temple hindous témoignent d’une vie commune réussie — alors que 90 % de la population est catholique, les communautés comoriennes, malaisiennes et sri-lankaises forment des minorités religieuses respectées. Il n’y a pas de tension raciale ici, pas de frictions entre communautés qui se diluent les unes dans les autres. Je ne ressens aucune animosité envers le touriste blanc, pas de complexe post-colonial. C’est évident : les Seychelles sont un pays prospère. Les lumières sont vertes. Leur indice de développement humain est le plus élevé du continent africain, leurs écoles et hôpitaux sont de grande qualité, leurs villes sont joyeuses et colorées. Après avoir été bouleversé par les bidonvilles de la Guadeloupe, un département français laissé pour compte, je suis marqué par le succès des Seychelles. J’ai l’impression de faire face à un modèle d’identité créole harmonieuse et de développement autonome réussi.

La baie Victoria et l’île artificielle de Romainville Éoliennes

Temple hindou, église, mosquée à Victoria

Foodtruck au coeur de Victoria

J’assiste aux célébrations du quarantième anniversaire de l’indépendance. Les rues sont débordées de drapeaux seychelloises, les défilés militaires sont multicolores, et tous les discours évoquent la paix, la prospérité et le progrès. La foule mixte mange du maïs soufflé et des barbes bonbons, et la soirée se termine dans une grande kermesse populaire, avec une atmosphère résolument adaptée aux enfants. Mon rêve caribéen de mélange coloré, idylle insulaire, nature préservée, société douce, où le reggae célèbre la joie de vivre et non le renoncement, je le trouve enfin au cœur de l’océan Indien…

Défilé des quarante ans d’indépendance

Monument de l’Indépendance, Praslin

Arrivée des parachutistes — ils ont été précédés par un Boeing d’Air Seychelles, une grande fierté nationale.

Le pays est sûr, et le voyageur se sent immédiatement en confiance. A ceux qui rêvent des eaux translucides de ces mers chaudes, mais qui sont effrayés par la politique répressive des Maldives, où les enfants peuvent être condamnés à mort, à ceux qui aiment les Antilles mais qui sont désarmés par les ressentiments qui ne passent pas, je n’ai qu’un conseil à donner : venir aux Seychelles. C’est le pays de Cocagne.

Route des Seychelles

Coucher de soleil sur l’océan Indien

Le prochain article sera publié dans quelques jours sur Itinera Magica, et vous offrira un cahier pratique, commande pour organiser votre voyage aux Seychelles . Je vais partager avec vous mon journal intime d’île en île, à Mahé, Middle, Praslin, Curieuse, Saint Pierre et La Digue. Inscrivez-vous à la newsletter à ne pas manquer : J’ai organisé un jeu de concours , avec des cadeaux faits aux Seychelles pour gagner pour les abonnés à la newsletter ! Plus d’infos sur le concours de jeu ici.

Promesse d’horizons infinis…

Vous me suivez ?

voyage aux Seychelles — Seychelles blog — Seychelles plus belles plages — visiter Seychelles — blog de voyage Seychelles — blog de voyage

Catégories de l'article :
Océan Indien
Show Buttons
Hide Buttons